Journée mondiale des toilettes 2020

    -     English
Toilettes publiques à Kampala, Ouganda (Photo: Linda Strande)

Toilettes publiques à Kampala, Ouganda (Photo: Linda Strande)

De nombreux chercheuses et chercheurs de l’institut de recherche sur l’eau Eawag travaillent sur le thème des toilettes. Sept d’entre eux expliquent dans de courtes vidéos pourquoi ce thème les fascine et quel est l’objet de leur recherche.

Le passage aux toilettes est en Suisse un acte quotidien. Ce n’est pas le cas dans certains autres pays. Plus de deux milliards d’êtres humains n’ont toujours pas accès à des installations sanitaires aujourd’hui. Les raisons sont multiples: manque de ressources financières ou personnelles, mauvaise planification, pénurie d’eau ou normes socioculturelles. C’est pourquoi l’Eawag travaille à de nouveaux concepts et méthodes de planification destinés à résoudre ce problème durablement.

Les toilettes modernes ouvrent en effet de nouvelles voies pour la récupération de nutriments, d’eau et d’énergie dans les eaux usées. L’Eawag développe dans cette optique des systèmes et des technologies pour les toilettes afin de réutiliser ces précieuses ressources.

Pour la Journée mondiale des toilettes du 19 novembre, nous avons demandé aux chercheuses et aux chercheurs pourquoi ils s’intéressent aux toilettes, à leur utilisation et à leur développement et à quoi ils travaillent actuellement.

Dr Linda Strande
Chef de groupe, MEWS: Management of Excreta, Wastewater, and Sludge

«Les toilettes d’environ un tiers de la population mondiale ne sont pas raccordées à un réseau d’égouts. Il s’agit de toilettes pour 2,8 milliards de personnes!»

Nienke Andriessen
Chef de projet, MEWS: Management of Excreta, Wastewater, and Sludge

«Mon monde idéal du futur est celui où les toilettes sont propres, où tout le monde y a accès et où les déchets humains sont éliminés de manière hygiénique et durable.»

Abishek S Narayan
Chercheur doctoral sur l’assainissement inclusif à l’échelle de la ville

«Mes recherches portent sur le changement de paradigme qu’est «Citywide Inclusive Sanitation.»

George Wainaina
Chercheur doctoral, Département Sciences sociales de l’environnement

«Il est très difficile d’introduire des mesures sanitaires dans des établissements informels. C’est pourquoi j’étudie la nature complexe de ces projets»

Prof. Kai M. Udert
Chef de groupe Séparation des eaux usées and retraitement décentralisé

«Le traitement séparé de l’urine, des fèces et des eaux de rinçage offre de très bonnes solutions.»

Carina Doll
Chef de projet Water Hub, NEST

«Lorsque nous allons aux toilettes, nous ne sommes souvent pas conscients du fait que notre urine contient des nutriments très précieux et que nous les jetons simplement dans les toilettes.»

Nathalie Hubaux
Chef de projet, les technologies sanitaires axées sur les ressources

«Dans les eaux usées, il y a beaucoup de ressources qui ne demandent qu’à être valorisées comme par exemple de l’eau de l’énergie ou des nutriments.»

Si les vidéos ne s’affichent pas, veuillez changer de navigateur.
Internetexplorer n’est plus supporté.