La Confédération et les cantons mettent en oeuvre des mesures visant à promouvoir la main-d’oeuvre présente en Suisse

    -     Deutsch
En mai 2019, le Conseil a a adopté une série de nouvelles mesures visant à renforcer les chances de la main-d-Å“uvre présente en Suisse sur le marché du travail. Le 12 août 2020, les services fédéraux compétents, les cantons et les partenaires sociaux ont dis-cuté de l’état d’avancement de ces mesures dans le contexte de la crise liée au corona-virus.

Le Conseil fédéral veut garantir que les entreprises suisses recrutent autant que possible leur main-d’Å“uvre en Suisse. C’est pourquoi, en mai 2019, il a arrêté une série de mesures visant à encourager le potentiel offert par les travailleurs présents en Suisse. Ces mesures, au nombre de sept, doivent permettre à cette main-d’Å“uvre de conserver sa compétitivité, aux demandeurs d’emploi difficiles à placer de rejoindre le marché du travail et aux étrangers qui vivent en Suisse de mieux s’intégrer dans le monde de l’emploi. Un accent particulier est placé sur les personnes âgées de plus de 50 ans. La crise liée au coronavirus devrait accroître la pression sur le marché du travail au cours des prochains mois. Il est donc d’autant plus important de soutenir les travailleurs déjà présents en Suisse qui viendraient à perdre leur emploi afin qu’ils retrouvent aussi rapidement que possible un poste.

Le coronavirus retarde la mise en oeuvre de certains projets

Le Secrétariat d’État à la formation, à la recherche et à l’innovation (SEFRI), le Secrétariat d’État à l’économie (SECO) et le Secrétariat d’État aux migrations (SEM) mettent en oeuvre les mesures prévues en collaboration avec les cantons et les partenaires sociaux. Si certains projets avancent conformément au calendrier prévu, d’autres accusent des retards. En effet, la crise liée au coronavirus a accru la charge de travail des cantons et conduit les autorités d’exécution à modifier leurs priorités. La durée des projets concernés sera prolongée si nécessaire afin de permettre la réalisation de leurs objectifs. Cette prolongation n’engendre pas de coûts supplémentaires.

Quatre mesures concernent les domaines du placement, de la formation et de la formation continue. Une première offre permet aux adultes dès 40 ans de réaliser gratuitement une analyse de leur situation et de leur potentiel ainsi que de bénéficier de services d’orientation de carrière. Ensuite, les formations et formations continues seront mieux prises en compte à l’avenir. Par ailleurs, les demandeurs d’emploi âgés difficiles à placer doivent pouvoir retrouver pied dans le monde du travail grâce à un programme d’impulsion de plusieurs années. La réalisation de cet objectif passe par un renforcement et une extension de l’offre de conseil proposée par les offices régionaux de placement à cette catégorie de personnes. Enfin, les chômeurs de plus de 50 ans qui sont en fin de droit ou risquent de l’être à brève échéance doivent être suivis par un coach professionnel afin de retrouver le chemin du marché du travail.

Extension du préapprentissage d’intégration - un programme qui a fait ses preuves

Deux autres mesures doivent permettre aux étrangers déjà présents en Suisse de mieux s’intégrer dans le marché du travail. Le programme de préapprentissage d’intégration destiné aux réfugiés reconnus et aux personnes admises à titre provisoire a fait ses preuves et sera donc étendu à d’autres groupes cibles tels que les jeunes arrivés tardivement en Suisse et les jeunes adultes qui ne relèvent pas du domaine de l’asile. Ces catégories de personnes doivent être préparées de manière adéquate à suivre un apprentissage. Par ailleurs, un soutien financier vise à faciliter l’accès au marché du travail pour les réfugiés et les personnes admises à titre provisoire difficiles à placer. Ce soutien financier doit permettre une intégration sur le terrain dans le cadre d’un programme pilote.

Enfin, lors de sa session d’été 2020, le Parlement a approuvé la proposition du Conseil fédéral selon laquelle les chômeurs en fin de droit de plus de 60 ans qui ont travaillé longtemps, ont peu de fortune et qui n’ont pas réussi à se réinsérer professionnellement malgré tous leurs efforts reçoivent jusqu’à leur retraite une prestation transitoire couvrant les besoins vitaux.

Documents

  • Fiche d’information : mesures visant à encourager le potentiel offert par la main-d’oeuvre vivant en Suisse