La Suisse a participé au segment ministériel de la Commission des stupéfiants

    -     English

Du 14 au 15 mars 2018, la Suisse a participé activement au segment ministériel de la 62ème session de la Commission des stupéfiants des Nations Unies, à Vienne, dont elle membre pour la période 2018-2021.

La Commission des stupéfiants (Commission on Narcotic Drugs, CND), créée en 1946 par le Conseil économique et social des Nations Unies, est l’entité centrale de l’ONU chargée de l’élaboration de la politique internationale en matière de drogue. La Commission formule des recommandations en matière de contrôle des drogues à l’intention des États membres de l’ONU, gère les programmes y relatifs de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) et décide de l’assujettissement des stupéfiants, des substances psychotropes et des précurseurs au contrôle international.

Le segment ministériel de la 62ème session de la Commission a eu lieu à Vienne du 14 au 15 mars 2019. Son objectif est de dresser un bilan de l’application des engagements pris par la communauté internationale en 2009, année d’approbation de la Déclaration politique et plan d’action sur la coopération internationale en vue d’une stratégie intégrée et équilibrée de lutte contre le problème mondial de la drogue. Au début de la réunion ministérielle, une déclaration a été approuvée.

La Suisse était présente à Vienne avec une délégation dirigée par Madame Nora Kronig Romero ’ Ambassadeur pour la santé globale et vice-directrice de l’Office fédéral de la santé publique ’ et composée également de représentants de Swissmedic, de Fedpol et du Département fédéral des affaires étrangères. Pendant les travaux préparatoires et dans le cadre du segment ministériel, la Suisse a mis clairement l’accent sur la nécessité de prendre en compte et mettre en oeuvre les recommandations issues de la Session extraordinaire de l’Assemblée générale des Nations Unies (UNGASS) d’avril 2016. Ce texte contient en effet des avancées considérables pour une politique mondiale des drogues centrée sur la santé et les droits de l’homme.

Dans le cadre du segment ministériel de la CND, la Suisse a également co-organisé ’ en collaboration avec de nombreux acteurs ’ un évènement de haut niveau consacré à la présentation d’un catalogue de lignes directrices reconnues au niveau international pour une prise en compte adéquate des droits de l’homme dans l’élaboration des politiques nationales en matière de drogues ("From abstract principles to concrete guidance: international guidelines on human rights and drug policy"). Cette initiative s’insère dans le contexte d’un projet co-financé par la Suisse et mis en oeuvre par l’Université de l’Essex. Le programme de la délégation suisse a été complété par plusieurs rencontres bilatérales. Les travaux de la délégation se poursuivront dans le cadre de la session régulière de la CND (18-22 mars 2019).

La Suisse, qui a déjà été membre à plusieurs reprises de la CND (1961-1975, 1988-1995, 1997-2001 et 2004-2011), s’est toujours investie activement dans les travaux et les discussions de la Commission. Dans cette enceinte, elle oeuvre à la promotion d’une politique en matière de drogues donnant la priorité à la santé et aux droits de l’homme. Avec sa stratégie des quatre piliers (prévention, thérapie, réduction des risques et répression) et son développement successif vers une Stratégie en matière d’addictions, la Suisse a choisi une approche reconnue et respectée sur le plan international.

Office fédéral de la santé publique
http://www.bag.admin.ch

Département fédéral des affaires étrangères
www.eda.admin.ch/eda­/fr/home/recent/media.html