Le Conseil fédéral adopte le rapport sur l’adaptation de la forêt aux changements climatiques

  -  Deutsch  -  Français   -  Italiano
(Image unsplash)(Image unsplash)
Sécheresse, tempêtes, fortes précipitations : les changements climatiques mettent la forêt à rude épreuve. Un rapport que le Conseil fédéral a adopté lors de sa séance du 2 décembre 2022 présente les mesures permettant de faire face à ces menaces.

Le rapport « Adaptation de la forêt aux changements climatiques » présente 19 mesures permettant de relever les défis posés par les changements climatiques. Ces mesures visent à conserver les multiples prestations fournies par la forêt (habitat pour la faune et la flore, effet rafraîchissant, fourniture de bois, espace de détente). La forêt suisse doit pouvoir demeurer un écosystème diversifié, résilient et donc apte à s’adapter (voir encadré).

Parmi les 19 mesures du rapport, 13 peuvent être mises en oeuvre directement. Pour les six autres, les bases légales et les aspects financiers doivent encore être clarifiés. Pour chaque mesure, le rapport détermine les travaux nécessaires et définit les différentes compétences (Confédération, cantons, propriétaires de forêts, milieux de la recherche ou de la formation, etc.).

Exemples de mesures concrètes (liste non exhaustive) :

  • Meilleures bases pour les soins aux forêts de protection
    Près de la moitié des forêts suisses sont des forêts protectrices. En collaboration avec la recherche, la Confédération élabore des bases pour la sylviculture dans les stations aux conditions extrêmes, afin que ces forêts puissent continuer de protéger les zones habitées, les routes et les voies de chemin de fer. Le but visé est de renforcer la capacité de résistance des forêts protectrices.

  • Aide-mémoire en cas de dégâts aux forêts
    En cas d’événements météorologiques extrêmes notamment, les mesures de précaution ne suffiront pas à éviter les dégâts aux forêts. En collaboration avec les cantons, la Confédération transforme l’aide-mémoire en cas de dégâts de tempête en un aide-mémoire en cas de dégâts aux forêts. Ce dernier servira de base aux cantons ainsi qu’à l’économie forestière et à l’industrie du bois pour mieux appréhender les dégâts aux forêts (débouchés commerciaux, transport, places d’entreposage, etc.).

  • Meilleures bases de planification pour l’industrie du bois
    Le volume de chablis augmente après une tempête et en cas d’infestation par des insectes. La Confédération procède à des analyses de scénarios et de potentiels. Des prévisions à long terme sont en outre établies pour examiner l’évolution possible de l’offre et de la demande de bois issu de forêts suisses. Ces informations servent de base de planification à l’industrie du bois.

  • Règles de comportement pour les usagers et usagères de forêts
    Les événements météorologiques extrêmes entraînent une présence accrue d’arbres secs et instables, qui représentent un danger pour les personnes qui travaillent en forêt ou y exercent des activités de loisirs ou de détente. Le risque d’incendie de forêt augmente lui aussi. Des règles de comportement sont définies pour les activités de loisirs et de détente en forêt ainsi que pour les travaux forestiers.

  • Davantage de bois dans les constructions publiques
    Même si les changements climatiques influencent la disponibilité des différentes essences de bois (p. ex. davantage de bois de hêtre, moins de bois d’épicéa), le bois suisse doit être privilégié. La Confédération et les cantons doivent montrer l’exemple et utiliser, pour leurs propres bâtiments, plus de bois issu de sylviculture durable. Les maîtres d’ouvrage privés doivent être davantage sensibilisés au bois indigène.



Le rapport « Adaptation de la forêt aux changements climatiques » servira en outre de base à l’élaboration d’une stratégie intégrale pour la forêt et le bois 2050, qui doit être élaborée d’ici 2025. Le rapport donne suite à la motion 19.4177 Engler (Hêche) « Une stratégie globale pour l’adaptation de la forêt face aux changements climatiques » et au postulat 20.3750 Vara « Adaptation des forêts au réchauffement climatique. Quid de la biodiversité ? ». Il a été élaboré en étroite collaboration avec les cantons et en concertation avec l’Association suisse des propriétaires forestiers, car ces acteurs jouent un rôle crucial en matière d’exécution.

La forêt suisse souffre des changements climatiques mais contribue à en maîtriser les conséquences

Les sécheresses marquées et les tempêtes de ces dernières années ont causé d’importants dégâts dans plusieurs régions. Les arbres soumis à un stress sont plus facilement infestés par des ravageurs, qui se propagent alors plus rapidement. Le risque d’incendie de forêt augmente lui aussi. Les événements météorologiques extrêmes - fortes précipitations, grêle ou tempêtes - sont devenus de plus en plus fréquents et mettent les forêts à rude épreuve.

Or ces dernières jouent un rôle important dans la gestion des changements climatiques. Elles participent à la réduction des gaz à effet de serre en stockant le carbone dans le bois. De plus, elles ont un effet rafraîchissant en créant de l’ombre et en maintenant l’humidité du sol et de l’air et produisent de l’oxygène. Ces prestations fournies par les forêts gagnent en importance, car elles permettent de lutter contre les changements climatiques et de contrer les effets de ces derniers.