Le KSB et le PSI s’associent dans la recherche

    -     English  -  Deutsch
La production et l'utilisation de produits radiopharmaceutiques pour le dia

La production et l'utilisation de produits radiopharmaceutiques pour le diagnostic et le traitement des tumeurs est l'un des points forts de la collaboration entre KSB et PSI. (Illustration: illuteam/Institut Paul Scherrer)

L’Hôpital cantonal de Baden (KSB) et l’Institut Paul Scherrer PSI à Villigen s’associent dans la recherche. Les deux institutions ont signé un contrat de coopération à cet effet. L’objectif est de lancer des initiatives communes et des projets de recherche clinique appliquée. La fondation de spin-off ou de start-up communes sera possible également.

La coopération est dirigée par un comité scientifique commun et paritaire. Ce dernier détermine l’orientation stratégique. La coopération se concentre sur des projets dans le domaine des technologies médicales, de l’imagerie par résonance magnétique (IRM) et des sciences radiopharmaceutiques.

«Le KSB est un hôpital qui s’est transformé en campus de la santé», explique Adrian Schmitter, CEO du KSB. Après avoir collaboré étroitement et avec succès avec des institutions comme l’Université de Zurich et l’EPFZ, le contrat de coopération avec le PSI représente une nouvelle étape clé, estime-t-il.

«La plupart de nos médecins-chefs sont titulaires d’une habilitation, relève Adrian Schmitter. Pour eux, il est extrêmement important de pouvoir être actif dans la recherche, en plus de traiter des patients. La collaboration avec le PSI leur ouvre donc des perspectives intéressantes.» Il rappelle que la science et la recherche ne sont pas une fin en soi: «En bénéficiant des traitement les plus modernes, nos patients profitent à leur tour du savoir-faire qui résulte de ces travaux.»

De la recherche à la pratique médicale

Le contrat de coopération consolide la collaboration qui existe déjà entre le KSB et le PSI dans le domaine de l’imagerie clinique par résonance magnétique (IRM), des sciences radiopharmaceutiques et de projets de recherche médicale. «Notre excellente infrastructure de recherche et notre expérience, par exemple dans la production de radioisotopes à des fins diagnostiques et thérapeutiques, trouvent dans cette coopération un complément idéal», estime Christian Rüegg, directeur du PSI. Cela garantit que les toutes dernières connaissances issues de la recherche soient appliquées de manière fiable et rapide dans la pratique médicale.

Avec ses installations uniques, le PSI apporte d’importantes contributions aussi bien dans la recherche que dans l’application des projets mentionnés plus haut. IMPACT (Isotope and Muon Production with Advanced Cyclotron and Target Technology), le nouveau projet stratégique du PSI, contribuera ainsi de manière essentielle à la production de produits radiopharmaceutiques innovants, qui restent inaccessibles autrement. Ces produits sont évalués pour le diagnostic et le traitement simultanés du cancer et d’autres applications en médecine personnalisée.

Exemple actuel de la collaboration efficace entre le KSB et le PSI: le développement de méthodes diagnostiques novatrices pour une imagerie particulièrement précise et indolore à des fins de dépistage et de diagnostic précoces du cancer du sein.

Texte: Hôpital cantonal de Baden/Institut Paul Scherrer


This site uses cookies and analysis tools to improve the usability of the site. More information. |