Le sacre du printemps

Le merle noir est souvent considéré comme l’un des meilleurs chanteurs de

Le merle noir est souvent considéré comme l’un des meilleurs chanteurs de nos jardins. Comme il est le troisième oiseau le plus répandu de Suisse, son chant mélodieux retentit dès le mois février dans presque tout le pays. photo © Marcel Burkhardt

La virtuosité de certains oiseaux sonne le glas de l’hiver et le retour des beaux jours. Chaque espèce dispose d’un calendrier bien à elle pour pousser la chansonnette. Le chant possède une fonction importante pour l’avifaune, puisqu’il constitue un prélude à la saison des amours.

Sempach. - Les jours se rallongent, le mercure remonte : pas de doute, le printemps pointe le bout de son nez. En tendant l’oreille, on ne peut pas manquer de remarquer que les oiseaux recommencent à chanter. Si le chant des oiseaux se fait davantage entendre quand les températures sont plus élevées, il n’en dépend pas. La saison de reproduction, dont le chant est un prélude, est contrôlée par des hormones qui ne sont activées qu’après une certaine longueur de journée. Les oiseaux chantent donc quand les jours sont assez longs, même si la météo n’est pas très printanière.

Le chant sert avant tout à défendre le territoire du mâle contre ses rivaux et à attirer une femelle. Il possède également d’autres fonctions, comme renforcer la cohésion du couple et synchroniser son comportement. Ce sont surtout les mâles qui chantent, mais les femelles peuvent elles aussi faire leurs vocalises, en particulier chez les passereaux, à l’image des rougegorges familiers ou des merles.

Pour séduire les femelles, les mâles de certaines espèces n’hésitent pas à imiter le motif d’autres espèces, afin de démontrer leurs talents et se distinguer de leurs concurrents, comme le font les rousserolles verderolles et des étourneaux sansonnets. Les pics ont une toute autre stratégie : la plupart des espèces ne chantent pas, car leur tambourinage caractéristique remplit la même fonction.

Toutes les espèces ne commencent pas à chanter au même moment de la journée, de même qu’elles ne s’attendent pas les unes les autres pour commencer leur saison des amours. Certains sont déjà plus avancés que d’autres, à l’image du cincle plongeur et du bec-croisé des sapins. Le cincle plongeur niche sur les cours d’eau et doit terminer l’élevage de ses petits avant que la neige ne fonde et que les inondations ne détruisent son nid. Le bec-croisé des sapins se reproduit même au milieu de l’hiver, tant que le temps est sec et ensoleillé. C’est dans ces conditions que s’ouvrent les cônes d’épicéa, qui constituent son alimentation.