Médecine, lettres et GSI : nouvelles nominations à l’UNIGE

© UNIGE

© UNIGE

Pour les quatre prochaines années, Cem Gabay est le nouveau doyen de la Faculté de médecine et Jan Blanc est reconduit pour un second mandat à la tête de la Faculté des lettres. Nicolas Levrat reprend, quant à lui, la direction du Global Studies Institute.

Dès le 15 juillet 2019, Cem Gabay succédera à Henri Bounameaux à la fonction de doyen de la Faculté de médecine de l’Université de Genève (UNIGE) et de directeur de l’enseignement et de la recherche aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG). Il exercera ce double mandat pour une durée de quatre ans. A la tête de la Faculté des lettres lors du mandat précédent, Jan Blanc est reconduit pour quatre ans au poste de doyen. Enfin, le professeur Nicolas Levrat prend la suite de René Schwok à la tête du Global Studies Institute (GSI).

Faculté de médecine: pour une médecine de l’excellence

Avec plus de 2’800 étudiantes et étudiants de niveaux pré- et post-gradués et 1’800 collaboratrices et collaborateurs, la Faculté de médecine de l’UNIGE forme chaque année près de 150 nouveaux médecins et 30 nouveaux médecins-dentistes. Elle dispose en outre de 225 groupes de recherche travaillant sur les différentes facettes des sciences de la vie, tant fondamentales que cliniques. La recherche biomédicale sera d’ailleurs au centre de l’action de Cem Gabay: «Aujourd’hui, aucun médecin ne peut faire abstraction des avancées continuelles de la recherche et c’est justement ce lien entre recherche fondamentale et applications cliniques qui fait la force de la Faculté de médecine. Pour nos étudiantes et étudiants, cela passera par un accent supplémentaire mis sur la recherche.» La médecine de famille reste l’une des priorités de l’institution. Si, en Suisse romande tout au moins, le nombre de médecins sortant des universités est suffisant, c’est sur leur répartition tant géographique qu’en terme de choix de spécialisations que les efforts importants menés depuis plusieurs années doivent se poursuivre.

Le professeur Gabay s’est entouré d’une équipe de six vice-doyennes et vice-doyens qui l’assisteront dans sa tâche: les professeures Alexandra Calmy, en charge de la médecine internationale et humanitaire, Martine Collart, en charge de la médecine fondamentale et Petra Hüppi, en charge de la formation post-graduée et des relations avec le Campus Biotech, ainsi que les professeurs Nicolas Demaurex, en charge des plateformes de recherche, Mathieu Nendaz, en charge de l’enseignement pré-gradué, et Jérôme Pugin, en charge de la médecine clinique.

Faculté des lettres: le lien indissociable entre le passé et le présent

Au-delà des connaissances de pointe qu’elle permet à ses 2000 étudiantes et étudiants d’acquérir, la Faculté des lettres a pour vocation de préserver la mission humaniste et universelle qui est traditionnellement celle de l’institution universitaire. Pour son second mandat de doyen, Jan Blanc veut « mettre l’accent sur notre nouvelle chaire des humanités numériques, mais aussi sur le dialogue passé/présent, l’interdisciplinarité et les grands enjeux du monde contemporain, comme le développement durable, le genre ou la place du numérique dans le quotidien ». La promotion des jeunes chercheurs et des femmes sera aussi au centre des préoccupations de la Faculté qui s’attache à développer les capacités d’analyse et de synthèse, le don de communiquer et de convaincre, par l’écrit et par la parole, ouvrant à ses diplômées et diplômés des voies souvent insoupçonnées. Elle couvre de nombreuses disciplines, des sciences de l’Antiquité aux langues et civilisations vivantes, sans oublier l’histoire, la philosophie, la musicologie, l’histoire de l’art, ou la linguistique. Elle propose également des disciplines plus rares, parfois uniques dans le paysage universitaire suisse, comme les civilisations mésopotamiennes, l’arménien et le copte, le latin médiéval et le grec moderne, le portugais, le rhétoromanche ou encore le coréen.

Pour ce deuxième mandat, Jan Blanc sera entouré des vice-doyennes Irène Herrmann, professeure au Département d’histoire en charge des relations avec les étudiants, de la recherche et de l’égalité, Francesca Serra, professeure de littérature italienne en charge des relations internationales, des études post-grade et des relations avec le corps intermédiaire, et du vice-doyen Lorenz Baumer, professeur en sciences de l’Antiquité, responsable de la bibliothèque, des bâtiments et de l’informatique.

Global Studies Institute: cerner les enjeux mondiaux de demain

Créé en 2013, le GSI accueille aujourd’hui 1500 étudiants et étudiantes, désireux d’appréhender les enjeux du monde contemporain dans leur globalité et de manière interdisciplinaire. Le processus de globalisation de ce début de XXIe siècle voit en effet émerger de nouvelles gouvernances, tant au niveau global qu’à l’échelle des pays, des villes et des régions. A l’exemple de la santé globale, du commerce international ou du terrorisme, ces nouveaux enjeux imposent de nouvelles articulations des savoirs. Les étudiantes et étudiants du GSI bénéficient d’enseignements dispensés par des professeurs rattachés aux différentes facultés de l’UNIGE (Droit, Sciences de la société, Économie et management, Lettres, Médecine et Sciences). L’institut est également au service de la Cité et organise de nombreuses conférences publiques autour des enjeux politiques globaux.

Après avoir fondé le GSI en 2013, Nicolas Levrat en reprend la direction pour les quatre années à venir. « Notre programme académique, notamment notre Bachelor en relations internationales (BARI), est bien implanté et rencontre un grand succès », souligne Nicolas Levrat, fondateur du GSI. Pour les quatre années à venir, il souhaite « favoriser la recherche interdisciplinaire sur les multiples niveaux d’enchevêtrement entre les enjeux globaux et locaux ». Sous son impulsion, un nouveau laboratoire de recherche, le Geneva Transformative Governance Lab dirigé par le Dr. Didier Wernli, a d’ailleurs ouvert ses portes en avril 2019. L’accent sera également mis sur le développement des nouvelles technologies dans l’enseignement, en lien avec la stratégie numérique de l’UNIGE.


À propos de Cem Gabay:

Formé à Genève, Cem Gabay obtient un doctorat en médecine en 1991. Il se spécialise en médecine interne et rhumatologie et passe plusieurs années aux États-Unis avant de revenir à Genève en 1999. Actuellement médecin-chef du service de rhumatologie des HUG, il est depuis 2008 professeur ordinaire de la Faculté de médecine de l’UNIGE, dont il a également dirigé le Département de médecine de 2013 à sa nomination à la fonction de doyen. Il a en outre présidé la Société suisse de rhumatologie durant quatre ans. Tout au long de sa carrière, Cem Gabay a maintenu en parallèle une activité clinique et de recherche fondamentale dans le domaine de l’inflammation.

À propos de Jan Blanc:

Jan Blanc a étudié à l’Université de Paris X Nanterre et obtenu en 2005 son doctorat à l’Université de Lausanne. Assistant puis maître-assistant à l’Université de Lausanne, il a également enseigné à Paris X, à l’École du Louvre et à l’Institut national d’histoire de l’art. Professeur associé en histoire de l’art de la période moderne à l’Université de Genève de 2010 à janvier 2015, où il devient professeur ordinaire, puis doyen de la Faculté des lettres, Jan Blanc travaille sur l’art et la théorie de l’art de la période moderne en Europe, notamment dans la Hollande du XVIIe siècle et dans l’Angleterre du XVIIIe siècle. Il poursuit actuellement des recherches sur la peinture narrative, l’histoire du regard et de l’image, et les rapports entre art, société et théorie de l’art.

À propos de Nicolas Levrat:

Nicolas Levrat est professeur ordinaire de droit européen et international à la Faculté de droit de l’UNIGE depuis 2001. Il a été directeur de l’Institut européen de l’UNIGE de 2007 à 2013 et a fondé en 2013 le Global Studies Institute dont il a été le premier directeur. Ses recherches et publications portent principalement sur le fédéralisme européen, les droits des minorités et des peuples de l’Europe, le système juridique européen et le droit global.


16 juillet 2019