Métavers : un oeil de lynx dans le virtuel

    -     English
Dans un monde où réalité augmentée et réalité virtuelle pourraient devenir notre quotidien, le système light-field développé par Creal, spin-off de l’EPFL, crée un confort visuel qui pourrait faire la différence. La dernière version de son système est présentée cette semaine à l’Augmented World Expo aux États-Unis.

Faire du shopping, effectuer une opération médicale, participer à une réunion, jouer aux jeux vidéo... autant de situations où la réalité virtuelle et la réalité augmentée pourraient rapidement gagner en importance. Certains voient même émerger rapidement le métavers, un monde où virtuel et réel seront si étroitement liés qu’on passera de l’un à l’autre de manière fluide. Avant que cet univers n’imprègne notre quotidien, de nombreuses améliorations doivent encore être accomplies telles que des possibilités tactiles ou olfactives accrues, des interactions facilitées de l’humain avec le monde virtuel, ainsi qu’un système visuel virtuel aussi naturel que le réel. Dans cette optique, la technologie développée par Creal, spin-off de l’EPFL, pourrait faire la différence. Elle permet en effet à l’oeil humain de se focaliser à n’importe quelle distances dans la VR et l’AR, de la même manière qu’il le fait dans la réalité. La dernière version du système de la start-up est présentée cette semaine à l’un des plus importants salons de réalité augmentée au monde, l’Augmented World Expo (AWE) aux États-Unis.

Le temps des start-up est compté, mais les échéances sont parfois largement repoussées bien malgré elles. Quatre ans après sa création et trois ans après sa première levée de fonds, Creal poursuit pourtant sa route avec une précision de coucou suisse. Elle annonçait fin 2019 pouvoir présenter fin 2021 un système miniaturisé qui tiendrait dans un casque AR. C’est ce dernier que les professionnels et les passionnés du domaine peuvent tester cette semaine en Californie. Molécule et colibri en AR, vol en navette spatiale en VR, les images développées par l’entreprise pour tester le système font leur effet. L’utilisateur se prend au jeu.

Pour le CEO, la prolifération des lunettes de réalité augmentée sur le nez de Madame Tout-le-Monde n’est qu’une question de temps. Il en est convaincu, sa technologie tombe à point nommé. « Ces systèmes, pour être portés au quotidien, devront avoir un rendu naturel et assurer un confort d’utilisation agréable. Ce n’est le cas pour aucun d’entre eux actuellement », souligne-t-il. Les dispositifs sur le marché proposent des images 3D stéréoscopique, soit la superposition de deux images 2D quasiment similaires projetées à une distance focale fixe. La distance à laquelle les yeux font le focus (accommodation), ainsi que celle à laquelle ils convergent (vergence) ne sont plus égales. « Cela crée un inconfort qui va jusqu’à donner la nausée aux utilisateurs ».

Une lumière proche du réel

La technologie développée par Creal, connue sous le nom de light-field, vise à recréer le champ lumineux tel qu’il existe dans le mon de réel. Grâce à un minuscule projecteur, la start-up produit un hologramme qui permet de voir les scènes avec les mêmes subtilités de nuances et de profondeurs que si on les percevait naturellement.

Quelques entreprises de par le monde ont essayé de développer un système light-field intégrable dans des lunettes de réalité augmentée ou de réalité virtuelle sans parvenir pour l’instant à offrir une qualité d’image suffisante pour être utilisée dans un produit commerciable. Creal produit déjà quelques exemplaires de son système ainsi que des kits d’évaluation pour ses premiers clients au sein de ses locaux du parc d’innovation de l’EPFL. La botte secrète de ce développement rapide ? « Nous avons eu la chance de pouvoir embaucher plusieurs talents issus de la restructuration de Magic Leap et Intel, deux leaders dans le domaine de la AR, qui avaient une antenne de recherche et développement sur le campus», sourit Tomas Sluka, CEO de la jeune entreprise. L’entrepreneur se donne deux ans supplémentaires pour que son système puisse être intégré dans les fines branches de lunettes d’AR.

Deux spin-off de l’EPFL pour des réunions encore plus immersives

Mener une réunion de travail entouré d’hologrammes - En association avec une autre spin-off de l’EPFL, Creal développe un système simple et facile d’utilisation grâce à des caméras de jeu vidéo. Alors que l’autre jeune pousse, Imverse, développe un système de reconstruction en Voxel (des pixels en 3D) pour faire apparaitre la - ou même les - personne à nos côtés. Le dispositif light-field de Creal, rapproche l’expérience du réel.


This site uses cookies and analysis tools to improve the usability of the site. More information. |