Nourrir les oiseaux en hiver

    -     Deutsch
Là où de nombreux oiseaux se rencontrent (sur la photo, des moineaux friquets),

Là où de nombreux oiseaux se rencontrent (sur la photo, des moineaux friquets), il y a un risque qu’ils s’infectent mutuellement avec des maladies. Il faut donc veiller à une bonne hygiène lorsque l’on nourrit les oiseaux. photo © Marcel Burkhardt

Par froid de canard et vent à décorner les boeufs, nous nous retirons volontiers dans nos appartements douillets. Nos mangeoires offrent un peu de confort aux oiseaux sauvages qui, eux, restent dehors en hiver. Mais attention : l’hygiène est un aspect à ne pas négliger lorsqu’on nourrit la gent ailée.

En hiver, nourrir les mésanges ou les rougegorges est très populaire. Pourtant, les espèces indigènes trouvent habituellement assez de nourriture, même pendant la saison froide. L’alimentation d’appoint est donc surtout une aide à la survie pour les individus affaiblis ou lors d’hiver rigoureux.

Une mangeoire permet aussi de faire des observations passionnantes, et du point de vue de la Station ornithologique de Sempach, il n’y a rien de mal à nourrir les oiseaux tant qu’on le fait correctement. Il est cependant important que les aspects hygiéniques soient respectés.

De nombreux pathogènes se transmettant d’un oiseau à l’autre par les excréments, il faut veiller à ce que la nourriture ne soit pas souillée. La Station ornithologique recommande d’installer des mangeoires à silo central ou à auges étroites. Les bords de toit qui dépassent protègent la nourriture, la gardent sèche et évitent qu’elle moisisse. En outre, les graines tombées par terre doivent être régulièrement enlevées. Mieux vaut donc prévenir que guérir, surtout que les mangeoires attirent aussi les oiseaux affaiblis ou même malades.

Pour aider les oiseaux de façon durable, plantez des végétaux indigènes dans votre jardin. Les insectes, principale nourriture de la majorité des oisillons, les préfèrent aux plantes exotiques. Et puis, les graines et baies sont très prisées chez les oiseaux des jardins. Les graines de cardères, par exemple, sont très appréciées par le chardonneret élégant, tandis que les baies de la viorne obier sont bien au goût du bouvreuil pivoine. Les plantes indigènes offrent ainsi une nourriture gratuite toute l’année.