Observation des glaciers en Himalaya

- EN- DE- FR
Vue aérienne des glaciers Trakarding-Trambau. Le glacier Trakarding, couvert de
Vue aérienne des glaciers Trakarding-Trambau. Le glacier Trakarding, couvert de débris, se termine par le lac Tsho-Rolpa, l’un des plus grands lacs proglaciaires du Népal. Le glacier Trambau est en grande partie dépourvu de débris et est séparé du glacier Trakarding par une paroi rocheuse. (photo: Koji Fujita)

Les glaciers de l’Himalaya fondent plus rapidement qu’ailleurs en Asie. En octobre dernier, Achille Jouberton, doctorant du WSL et membre du groupe HIMAL de Francesca Pellicciotti, a participé à une expédition scientifique visant à étudier les glaciers Trakarding-Trambau, qui fondent rapidement, à proximité de la région de l’Everest. Dans le journal de bord du WSL, il relate ses expériences dans l’est du Népal.

Extrait de mon journal personnel : Jour 16, 27 octobre 2023, Camp 4, 5600m a.s.l. Réveil à 2 heures du matin avec un mal de tête, puis à plusieurs reprises jusqu’à 6h30. Gros mal de tête, comme au camp 1 il y a une semaine. Je me suis préparé avec difficulté et je suis allé prendre mon petit déjeuner, mais je n’ai pu en manger que la moitié. Koji m’a donné des pilules pour les maux de tête et pour le mal d’altitude. A ce moment-là, j’étais presque sûr de ne pas pouvoir aller avec eux sur le glacier. Au moment où ils s’apprêtaient à partir, j’ai pris la décision d’essayer de les accompagner et de faire demi-tour si c’était trop difficile après 30 minutes, le temps que les médicaments fassent effet. Bien qu’un léger mal de tête ai subsisté, je me suis rapidement senti mieux et je suis resté avec l’équipe toute la journée, retournant au camp 4 à 15 heures. [...]. Demain est le dernier grand jour de travail [...]. Nous devrions également pouvoir apercevoir le mont Everest ! Les prévisions météorologiques sont bonnes, espérons que je dorme assez bien et que je me réveille plein d’énergie.


Lors de mon expédition avec le professeur Koji Fujita et son équipe de l’université de Nagoya, je suis monté à près de 6000 m d’altitude pour étudier les glaciers Trakarding et Trambau dans l’est du Népal. Le professeur japonais visite ce site de recherche depuis 2016 (avec une pause COVID en 2020 et 2021). Le travail sur le terrain serait presque impossible sans l’aide d’une compagnie de trekking professionnelle. Cette année, notre équipe scientifique était accompagnée de quatre sherpas et de 27 porteurs. Il nous a fallu sept jours de marche depuis le dernier village accessible en bus (Gongar, 1276 m d’altitude) pour atteindre le terminus du glacier (4600 m d’altitude). Tout au long de l’expédition, les sherpas ont géré la logistique du camp, nous ont fourni du thé chaud, des repas et une aide considérable pour les tâches sur le terrain, la recherche d’itinéraires et la sécurité sur le glacier.

Nous avons dormi dans six camps différents, situés à des altitudes croissantes, jusqu’à 5600 m d’altitude, avec des températures nocturnes descendant jusqu’à -10/-15°C. Les vues depuis notre camp sont devenues de plus en plus époustouflantes au fur et à mesure que nous montions, et à la fin nous étions entourés de glaciers et de pics montagneux hauts de plus de 6000 mètres d’altitude. Bien que nous montions progressivement, les maux de tête, le sommeil fragmenté et l’essoufflement lors des randonnées étaient fréquents, prouvant une fois de plus la nécessité de l’aide inestimable des sherpas locaux qui ont l’habitude de séjourner dans ce type d’environnement. Les nuits semblaient très longues, car nous étions dans nos sacs de couchage entre 18h30 et 7h du matin, les quittant régulièrement pour des pauses toilettes inconfortables mais nécessaires. J’aurais certainement dû apporter plus de livres, car j’ai dû rationner le nombre de pages que je m’autorisais à lire chaque jour.


Nos sites de terrain, les glaciers Trakarding et Trambau, sont flanqués de deux stations météorologiques automatiques (AWS) à 4850 et 5450 m d’altitude et parsemés de plus de 15 balises de bilan de masse couvrant la majeure partie de la plage d’altitude du glacier. La plus haute d’entre elles se trouve à une altitude vertigineuse de 6000 m. Il est très rare d’obtenir de telles observations des zones supérieures des glaciers de l’Himalaya. Cependant, l’accès relativement facile à la zone d’accumulation - la partie supérieure du glacier où il s’accumule plus de neige qu’il n’en perd chaque année - du glacier Trambau est la raison pour laquelle le professeur Fujita l’a choisi comme site de recherche. Je dis "relativement" pour une bonne raison : cela demande beaucoup d’organisation préalable et trois semaines à transporter des centaines de kilos d’équipement dans les montagnes. J’ai été très impressionné par la force et la gentillesse de tous les porteurs qui nous ont accompagnés et sans lesquels cette expédition n’aurait pas été possible.

J’étudie la région des glaciers de Trambau-Trakkarding pour comprendre la dynamique passée et future de l’accumulation de neige et des changements de masse des glaciers. Bien que je reste la plupart du temps assis devant mon ordinateur, j’ai toujours besoin d’aller sur le terrain pour vérifier si les résultats de mon modèle sont raisonnables. Au cours de ce travail sur le terrain, j’ai installé un appareil photo numérique à la station météorologique la plus élevée, afin d’obtenir des informations sur l’épaisseur de la neige et la dynamique des précipitations, deux variables importantes qui n’avaient pas été surveillées auparavant. Je ne peux qu’espérer que la caméra résistera aux températures extrêmement basses et qu’elle fonctionnera encore lorsque nous reviendrons l’année prochaine.

2023 a été une autre mauvaise année pour les glaciers en Europe, avec peu de chutes de neige en hiver et des températures estivales élevées. Les glaciers népalais Trambau-Trakarding ont malheureusement connu une situation assez similaire. J’ai moi-même constaté que même au point de mesure le plus élevé, à environ 6 000 mètres d’altitude, la surface s’est affaissée d’environ 1 mètre. C’est la deuxième perte la plus importante depuis le début des observations en 2016, derrière 2022. "Cela ne ressemble pas vraiment à une zone d’accumulation", nous a dit le professeur Fujita, où seule une couche de neige de vingt centimètres d’épaisseur recouvrait la surface du glacier.


En raison de l’influence complexe de la mousson d’été indienne sur l’ablation et l’accumulation simultanées des glaciers, l’explication d’une perte de masse aussi importante nécessitera une analyse plus approfondie des données météorologiques que nous venons de collecter. Contrairement aux Alpes européennes, la plupart des précipitations tombent pendant les mois d’été, alors que les hivers sont froids et secs et n’influencent pas beaucoup le bilan de masse du glacier.


En redescendant vers le village, je me suis dit que même si cette expérience avait été unique, je serais heureux de retrouver la civilisation et son confort. J’étais sûr qu’il faudrait des mois, voire des années, avant que je ne ressente le désir de retourner dans un endroit aussi isolé et froid. En réalité, je me sentais déjà prêt à retourner dans les montagnes avant la fin de la première semaine de retour à Katmandou.