Prévenir les infections pour préserver durablement l’efficacité des antibiotiques

- EN- DE- FR - IT
La résistance aux antibiotiques est une pandémie silencieuse. La stratégie nationale Antibiorésistance (StAR) a pour objectif principal de garantir à long terme l’efficacité des antibiotiques pour la santé humaine et animale. Depuis 2016, cette stratégie est mise en oeuvre par la Confédération en collaboration avec les cantons et d’autres acteurs tels que les médecins, les pharmaciens, les vétérinaires et les agriculteurs. La stratégie StAR comprend de nombreuses mesures. La prévention et la lutte contre les résistances constituent des champs d'action importants de cette stratégie.

La résistance aux antibiotiques est devenue un phénomène global et préoccupant. Depuis son lancement en 2016, la stratégie nationale Antibiorésistance (StAR) a déjà mis en oeuvre d’importantes mesures qui ont permis de réduire l’utilisation des antibiotiques et de freiner la progression des bactéries résistantes. En médecine humaine, la consommation des antibiotiques du groupe « Watch », particulièrement critiques pour le développement de résistances, a diminué de 37 % entre 2012 et 2022, alors qu’en médecine vétérinaire, les prescriptions d’antibiotiques ont chuté de près de moitié depuis 2012 et les antibiotiques critiques ont été réduits d’environ deux tiers.

Une approche multisectorielle

Comme la résistance aux antibiotiques concerne l’homme, l’animal, l’agriculture et l’environnement, l’approche dite « Une Seule Santé » ou « One-Health » consiste à élaborer et à mettre en place des mesures dans tous ces domaines. Cette approche multisectorielle est importante parce que les résistances aux antibiotiques ne peuvent pas être abordées de manière isolée. C’est pourquoi les offices fédéraux de la santé publique (OFSP), de l’agriculture (OFAG), de l’environnement (OFEV), de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV) ainsi que d’autres acteurs provenant de la recherche, de la politique et de l’économie, travaillent en étroite collaboration.

La Confédération s’engage à encourager l’utilisation ciblée d’antibiotiques chez l’homme et l’animal, à suivre de près les données sur la résistance, à renforcer la recherche et l’éducation et à sensibiliser la population à ce sujet important. La prévention des infections est un moyen de réduire l’utilisation d’antibiotiques et les contaminations par des agents pathogènes résistants. C’est la raison pour laquelle la stratégie nationale de surveillance, de prévention et de lutte contre les infections associées aux soins (stratégie NOSO) a également un rôle important à jouer dans la lutte contre la résistance aux antibiotiques en médecine humaine.

La surveillance, la prévention et la lutte ciblées permettent d’éviter 35 à 55 % des infections associées aux soins (IAS) dans un hôpital ou un autre établissement de soins, en fonction du type d’infection. Les exigences minimales que doivent remplir les hôpitaux afin de prévenir et lutter efficacement contre ces infections ont été définies à l’échelle nationale en 2021. Tous les nouveaux professionnels de la santé en contact avec les patients doivent notamment recevoir une formation sur les mesures permettant de limiter la transmission des bactéries résistantes aux antibiotiques d’un patient à l’autre telles que l’hygiène des mains ou l’isolement correct des patients. Il est aussi important que les hôpitaux réalisent des dépistages à la recherche de portage par des bactéries multirésistantes chez les patients transférés d’autres établissements de soins, en particulier de l’étranger. Cette mesure permet de limiter l’importation de pathogènes dangereux pour la santé publique en Suisse.

La prévention et le contrôle des infections revêtent également une grande importance en médecine vétérinaire. Des mesures appropriées, comme l’hygiène des mains, permettent de réduire la transmission d’agents pathogènes dans les cabinets et cliniques vétérinaires ainsi que dans les élevages. Les formations à ce sujet ont un effet décisif.

Sensibilisation du grand public

Afin d’informer les spécialistes et la population intéressée aux dangers liés à l’augmentation des bactéries résistantes et de les sensibiliser à l’importance d’utiliser les antibiotiques avec prudence, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Organisation mondiale de la santé animale (OMSA) mettent sur pied, comme chaque année, la Semaine mondiale pour un bon usage des antibiotiques (World AMR Awareness Week). Cette année, la Suisse met l’accent dans ses activités de communication sur les mesures visant à réduire l’apparition de nouvelles résistances. L’OFSP propose à cet effet des offres de soutien ainsi que du matériel d’information aux professionnels qui souhaitent s’engager et lancer leurs propres initiatives. En Suisse, différents acteurs organiseront, entre les 18 et 24 novembre 2023, des podiums de discussion, des formations continues, des visites d’entreprises ou des stands d’information (WAAW 2023 (admin.ch)).

Des activités de communication sont prévues à l’échelle nationale. Elles comprennent des témoignages et vidéos en ligne et un site Internet. S’inscrivant dans la stratégie StAR adoptée en 2015 par le Conseil fédéral, ces activités sont mises en oeuvre par les quatre offices fédéraux OFSP, OSAV, OFAG et OFEV ainsi que par les acteurs provenant de la recherche, de la politique et de l’économie.