Réunion des ministres de l’environnement des pays germanophones : la crise du coronavirus et les changements climatiques au centre des discussions

    -     Deutsch
Réunion des ministres de l’environnement des pays germanophones : la crise du coronavirus et les changements climatiques au centre des discussions

Berne, 25.06.2020 - Lors de leur réunion annuelle, les ministres de l’environnement des pays germanophones ont réfléchi à la manière de relancer l’économie, qui souffre de la crise du coronavirus, tout en respectant le climat. La présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga a souligné que l’économie a besoin d’un nouveau départ soutenu par des innovations systématiquement orientées vers la durabilité. En raison de la pandémie de coronavirus, la rencontre s’est déroulée par vidéoconférence.

Cette année, la rencontre a été organisée par la ministre liechtensteinoise de l’intérieur, de l’éducation et de l’environnement Dominique Hasler. La présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga, la ministre fédérale allemande de l’environnement, de la protection de la nature et de la sécurité nucléaire Svenja Schulze, la ministre fédérale autrichienne de l’action pour le climat, de l’environnement, de l’énergie, de la mobilité, de l’innovation et de la technologie Leonore Gewessler, et la ministre luxembourgeoise de l’environnement, du climat et du développement durable Carole Dieschbourg ont participé à la réunion.

La présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga : « Nous devons poser les bons jalons »

La réunion, qui était initialement prévue en mars, a eu lieu le 25 juin 2020 par vidéoconférence. La gestion des conséquences de la crise du coronavirus était à l’ordre du jour. La présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga a relevé que les fonds publics destinés à la relance de l’économie après la pandémie de COVID-19 devraient être utilisés en faveur de l’environnement et de la population. « Investir dans de nouvelles technologies respectueuses du climat et dans une électricité propre et abordable produite à partir d’énergies renouvelables permet de créer des emplois et de générer des contrats. Nous devons désormais poser les bons jalons », a précisé la cheffe du DETEC.

Mesures de lutte contre les changements climatiques et recul de la biodiversité

Les ministres ont discuté en détail de mesures de lutte contre les changements climatiques. L’accord sur le commerce des droits d’émission, qui est entré en vigueur le 1er janvier 2020, a renforcé la coopération entre la Suisse et l’UE dans ce domaine. En février, la Suisse a annoncé ses objectifs climatiques au niveau international : elle a confirmé qu’elle prévoit de baisser d’ici à 2030 les émissions de gaz à effet de serre de 50 % et d’atteindre la neutralité climatique d’ici à 2050. Les cinq ministres de l’environnement ont réaffirmé leur intention de voir tous les pays, en particulier les plus gros émetteurs de gaz à effet de serre, soumettre leurs nouveaux objectifs climatiques à l’ONU cette année encore.

Elles ont de plus abordé les mesures visant à préserver la diversité des espèces animales, végétales et des habitats naturels. La Suisse soutient l’objectif international en matière de biodiversité qui vise à garantir 30 % des surfaces à l’échelle mondiale d’ici à 2030. L’accent est mis sur les zones protégées et les régions qui permettent la mise en réseau de milieux naturels. Du point de vue de la Suisse, il est important d’avoir des objectifs et des indicateurs clairement mesurables qui permettent de répertorier les principales causes de la perte de la biodiversité.