Revenu agricole 2021 : une année mitigée

Infographique revenu agricole 2021 - JPG

Infographique revenu agricole 2021 - JPG

En 2021, le revenu agricole a augmenté de 1,9 % par rapport à 2020 pour atteindre en moyenne 80 700 francs par exploitation. C’est ce que montrent les derniers chiffres d’Agroscope. Alors que la production végétale a souffert des mauvaises conditions météorologiques, la hausse des prix sur les marchés du lait et de la viande bovine a entraîné une augmentation des produits monétaires. En 2021, le revenu du travail agricole par unité de main-d-oeuvre familiale à plein temps s’élevait à 59 800 francs, soit une augmentation de 2,0 % par rapport à l’année précédente.

Le revenu agricole englobe les activités agricoles (y compris les magasins de ferme) et les activités proches de l’agriculture comme la production de biogaz et l’agrotourisme (les activités extra-agricoles n’y étant pas incluses). Il correspond à la différence entre les produits et les charges et est relevé à la fois pour les entreprises individuelles et les communautés d’exploitations, c’est-à-dire les groupements de deux exploitations ou plus.

Selon le Dépouillement centralisé des données comptables d’Agroscope, en 2022, le revenu agricole a augmenté de 1,9 % par rapport à l’année précédente. Il s’élevait en moyenne à 80 700 francs par exploitation. Derrière cette hausse des revenus se cache une évolution contrastée du côté des produits monétaires.

  • Sur les marchés de la viande bovine et du lait, la demande était soutenue alors que l’offre était tendue. Ceci a conduit à une hausse des prix, laquelle, combinée à un volume de production resté pratiquement stable, s’est traduite par une augmentation des produits monétaires.
  • La production d’Å“ufs et de viande de volaille a augmenté, car la demande en produits à base de volaille d’origine suisse a continué sa progression. Cette expansion de la production a entraîné une augmentation des produits monétaires.
  • Sur le marché porcin, une offre excédentaire a entraîné une forte chute des prix, ce qui a réduit les produits monétaires de la production porcine.
  • 2021 a été une année extrême en ce qui concerne les conditions météorologiques. Les gelées tardives, les précipitations excessives et la grêle ont eu un impact négatif sur la production végétale. Ces conditions météorologiques difficiles ont donné lieu à de moins bonnes récoltes et donc des rendements plus faibles tant sur le plan quantitatif que qualitatif dans les grandes cultures et les cultures fourragères ainsi que dans l’arboriculture, la viticulture et les cultures maraîchères.
  • Les paiements directs par exploitation ont légèrement augmenté en raison de la poursuite de l’évolution structurelle vers de plus grandes exploitations.


Dans l’ensemble, du côté des produits monétaires, les effets positifs ont dominé, notamment en raison de l’importance économique de la production de lait et de viande bovine. Comme les produits ont légèrement augmenté et que les charges sont restées stables, le revenu agricole a augmenté de 1,9 %.

Chaque unité de main-d-oeuvre familiale a gagné en moyenne 59 800 francs

En 2021, une exploitation agricole employait en moyenne 1,35 unité de main-d-oeuvre familiale (-0,1 % par rapport à 2020). Ce chiffre comprend notamment le(la) chef(fe) d’exploitation et les autres membres de la famille travaillant éventuellement dans l’exploitation comme les conjoints, les parents ou les enfants en âge de travailler. En 2021, en moyenne de toutes les exploitations, le revenu du travail agricole par unité de main-d-oeuvre familiale (équivalent temps plein) a augmenté de 2,0 % par rapport à l’année précédente pour atteindre 59 800 francs. Dans la région de plaine, le revenu du travail par unité de main-d-oeuvre familiale a augmenté de 1,9 % pour atteindre 76 600 francs, dans la région des collines de 3,0 % pour atteindre 54 600 francs et dans la région de montagne de 2,1 % pour atteindre 43 100 francs.

Un revenu total de 111 300 francs par ménage

Agroscope calcule également le revenu total moyen d’un ménage agricole. Il se compose du revenu agricole et du revenu extra-agricole. Ce dernier est tiré d’activités professionnelles exercées en dehors de l’exploitation agricole (p. ex. emploi dans l’industrie). Contrairement au revenu agricole, le revenu total est relevé uniquement pour les entreprises individuelles sans les communautés d’exploitation. Le revenu extra-agricole a augmenté de 2,3 % en 2021 par rapport à 2020 et s’élevait à 34 500 francs par ménage agricole. Le revenu total a augmenté de 2,3 % pour atteindre 111 300 francs.

Vous trouverez plus de détails en annexe à ce communiqué de presse (Infographie et publication «Agroscope Transfer»).

Information importante pour l’agenda de publication à compter de 2023

Afin de permettre une meilleure participation des exploitations agricoles à l’échantillon du dépouillement centralisé des données comptables (DC-Cta), Agroscope va repousser le délai de livraison des bouclements comptables de quelques semaines à compter de 2023. En conséquence, la diffusion des résultats du DC-Cta de l’année précédente aura lieu dorénavant dans la deuxième moitié du mois de novembre de l’année en cours.

Etant donné que d’une part les données comptables (DC-Cta) d’Agroscope sont une source statistique importante pour l’élaboration des comptes économiques de l’agriculture (CEA) de l’Office fédéral de la statistique (OFS), et que d’autre part l’OFS et Agroscope publient simultanément ces deux statistiques complémentaires, l’OFS va également repousser à partir de 2023 la diffusion des CEA de l’année en cours à la deuxième moitié de novembre.

Complémentarité avec les comptes économiques de l’agriculture (CEA) de l’Office fédéral de la statistique (OFS)

L’Office fédéral de la statistique (OFS) et Agroscope publient simultanément deux statistiques complémentaires pour l’évaluation de la situation économique de l’agriculture suisse. Avec les comptes économiques de l’agriculture (CEA), l’OFS mesure la performance macroéconomique au niveau du secteur agricole. Cette approche de synthèse permet de calculer une première estimation de l’année en cours en début d’automne. Agroscope, quant à lui, décrit avec les résultats du dépouillement centralisé de données comptables (DC-Cta) les réalités microéconomiques des exploitations agricoles sur la base des bouclements comptables d’un échantillon représentatif d’exploitations agricoles.

Pour plus de détails sur les similitudes et les différences entre ces deux statistiques, consulter la publication sur les deux baromètres de l’agriculture suisse.

This site uses cookies and analysis tools to improve the usability of the site. More information. |