Statistiques, science des données et gestion nationale des données: trois missions pour un OFS tourné vers le futur

Production statistique, gestion et science des données Statistiques, science des données et gestion nationale des données: trois missions pour un OFS tourné vers le futur

28.12.2020 - L’Office fédéral de la statistique (OFS) va entamer l’année 2021 avec une nouvelle organisation. Il entend ainsi pouvoir répondre aux défis de demain. Pour aller au-delà de sa mission centrale de producteur d’informations statistiques et afin de se conformer à différentes décisions du Conseil fédéral, l’OFS intègre une division dédiée à la gestion nationale des données et un nouveau Centre national de compétences en science des données.

L’OFS met actuellement en place un Centre national de compétences en science des données (DSCC) pour développer une nouvelle mission qui lui a été confiée par le Conseil fédéral. Ce Centre de compétences sera intégré dans la nouvelle division Science des données et méthodes statistiques (DSSM) dirigée par Bertrand Loison.

Le DSCC va fonctionner en tant que prestataire de services et offrir des services (’Data Science as a Service’ - DSaaS) visant la résolution de problèmes complexes, non structurés et riches en données, par l’application de méthodes, techniques et pratiques spécifiques à la science des données (p. ex. issues de l’apprentissage automatique et du domaine de l’intelligence artificielle). Sur le long terme, il s’agit d’acquérir le plus de connaissances possible dans le cadre de projets concrets. Ces nouveaux services seront proposés à toute l’administration fédérale, en collaboration avec les administrations cantonales et communales.

’L’OFS évolue et devient ainsi un lieu d’expérimentation, mais toujours dans le respect de la protection des données. L’idée est de faire en sorte que si un membre de l’administration fédérale rencontre un problème lié à la science des données, il puisse nous contacter et nous demander si ce problème est répertorié, si une solution a déjà pu être trouvée ou si il faut en trouver une nouvelle’, explique Georges-Simon Ulrich, directeur, en indiquant qu’il s’agit d’un exemple de services que le DSCC va offrir dans le futur. Regardez ses explications détaillées en vidéo.

Interconnecté au sein de l’administration fédérale, ce Centre de compétences bénéficiera de l’expérience d’une équipe de scientifiques disposant d’une excellente formation dans les domaines des mathématiques, de la statistique, de la science des données et de l’ingénierie des données. ’Le but ultime est de rendre les données plus visibles et plus utiles, de pouvoir toujours mieux les analyser, et finalement de mieux comprendre ce qui se passe autour de nous’, poursuit Georges-Simon Ulrich.

Utilisation multiple des données

La deuxième nouvelle mission de l’OFS concerne les données elles-mêmes. Dirigée par Manuela Lenk, la nouvelle division Interopérabilité et registres (IOR) développe l’écosystème des données en Suisse. Il s’agit de rendre les données de l’administration fédérale plus facilement utilisables pour éviter de solliciter plusieurs fois les entreprises ou les ménages privés. Pour atteindre cet objectif, l’OFS conduit actuellement un inventaire précis de ses contenus et des données relevées par toute l’administration fédérale.

Ces informations, c’est-à-dire les métadonnées, vont être réunies dans un catalogue centralisé, ce qui facilitera leur consultation et leur utilisation, notamment à l’aide d’algorithmes du domaine de la science des données. Cette base de connaissance facilitera ensuite la réutilisation multiple des données.

Par ailleurs, pour que ces mêmes données puissent être utilisées plusieurs fois, il faut encore des normes pour que tous les systèmes puissent communiquer entre eux: c’est ce qu’on appelle l’interopérabilité. Les données doivent être produites dans un cadre soigneusement documenté, être lisibles par les machines, pour pouvoir être facilement échangées.

La mission de base de l’OFS demeure

Outre ces deux nouvelles orientations, la mission fondamentale de l’OFS, qui consiste à produire des informations statistiques fiables et de haute qualité, demeure. Dans notre société numérique de l’information, cette mission est d’ailleurs plus importante que jamais.

Comme depuis toujours, les résultats statistiques de l’OFS doivent permettre au public de se forger une opinion et de faciliter les décisions politiques et économiques. Produites en toute indépendance et transparence selon des codes internationaux de bonnes pratiques, ces informations statistiques permettent de cerner la Suisse d’aujourd’hui et de la comparer au reste du monde.

Statistiques, science des données et gestion nationale des données: trois missions pour un OFS tourné vers le futur
(PDF, 2 pages, 250 kB)