Suisse et Pays-Bas présentent initiative en faveur d’investissements respectueux du climat

    -     English  -  Deutsch
En préparation du Sommet des Nations Unies sur le climat à New York, la Suisse et les Pays-Bas présenteront, le 21 septembre 2019, une initiative montrant comment analyser la compatibilité climatique des investissements publics et privés et comment aligner ces derniers sur l’objectif de 1,5 degré, formulé par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). L’initiative se fonde sur un projet pilote mené avec succès en Suisse.

Le GIEC a annoncé en 2018 que le réchauffement climatique mondial devait être contenu en deçà de 1,5 degré afin d’éviter toute altération grave des écosystèmes. Or pour que cet objectif soit atteint, il est impératif que les investissements des institutions financières internationales publiques comme privées soient également axés sur ce dernier.

Le 23 septembre 2019, les représentants des gouvernements se réuniront à New York lors du Sommet des Nations Unies sur le climat (UN Climate Action Summit). Dans le cadre des travaux préparatoires, la Suisse et les Pays-Bas présenteront, le 21 septembre, une initiative phare. Les États qui s’y associeront s’engageront à aider leurs institutions financières à examiner la compatibilité climatique de leurs investissements de manière comparable sur le plan international.

À l’aune du modèle PACTA (Paris Agreement Capital Transition Assessment), qui a fait ses preuves au niveau international, les institutions financières participant à l’initiative pourront évaluer dans quelle mesure leurs investissements et leurs actifs sont alignés sur l’objectif de limitation du réchauffement à 1,5 degré.

L’initiative se fonde sur un projet pilote mené avec succès en Suisse. En 2017 déjà, des caisses de pension et des assurances helvétiques ont fait analyser la compatibilité climatique de leurs portefeuilles, à l’invitation de l’Office fédéral de l’environnement et du Secrétariat d’État aux questions financières internationales. La prochaine phase de test débutera en 2020, en coordination notamment avec le Danemark, l’Italie, le Luxembourg, la Norvège, le Portugal et la Suède, sous une forme étendue : outre les caisses de pension et les assurances, les banques et les instituts de gestion de fortune pourront y prendre part.