UMove: connecter l’homme et son environnement

UMove: connecter l’homme et son environnement
Pascal Bruegger, assistant diplômé au Département d’informatique de l’Université de Fribourg, a posé les bases d’un environnement intelligent capable de réagir aux activités des utilisateurs. Grâce à cette boîte à outils très complète, designers et programmeurs peuvent équiper lieux publics et privés d’applications informatiques capables de «deviner» ce que vous faites.

Au travail, je quitte mon poste pour me rendre en salle de réunion. Je m’assieds, commence à prendre des notes. Automatiquement, mon téléphone portable se met sous silencieux. Je rentre chez moi pour faire un brin de ménage, la température de la pièce descend de quelques degrés. Après le dîner, je m’installe confortablement sur le canapé pour lire le journal, la température du salon remonte. L’informatique context aware ou context sensitive se développe depuis les années 90 déjà, mais en cherchant à intégrer la reconnaissance d’activités dans ce type de système, Pascal Bruegger a accompli un pas supplémentaire : «En incluant l’activité et les mouvements des utilisateurs, on peut encore affiner le comportement d’applications que nous utilisons au quotidien. L’idée était de replacer l’homme au centre en rendant son interaction avec les machines qui l’entourent beaucoup plus implicites. Plus besoin de commander l’action suivante, le système informatique la déduit de votre activité.»

Un package complet

Plutôt que de se cantonner à la théorie, Pascal Bruegger a décidé de donner à sa thèse une fonction tout à fait pratique. Elle se présente comme un package complet qui propose aux designers et programmeurs une série d’outils pour conceptualiser, dessiner et implémenter un environnement intelligent, puis y développer toutes sortes d’applications capables de réagir au comportement des utilisateurs. Un second volet propose une application pour téléphones Androïd qui permet à l’utilisateur de s’identifier dans le système et de bénéficier de services disponibles dans l’environnement intelligent dans lequel il se trouve. L’informaticien prend l’exemple d’une application de détection d’incendie : «Non seulement, celle-ci permet de déclencher les alarmes, mais également de détecter les mouvements et la localisation des gens exposés. Elle peut alors leur faire parvenir un message leur indiquant la sortie de secours la plus proche en fonction de leur mouvement.»

Déjà quatre applications et de nombreux projets

Ce projet, financé par le Fond National Suisse (FNS), a été validé par quatre applications. La première, Hestia, permet l’optimisation du chauffage d’un lieu donné en se basant sur l’activité de ses occupants. Le second, Robin, observe l’interaction entre une équipe de secours (par exemple des pompiers) et un robot envoyé en éclaireur. Le troisième Elderly Monitoring System (EMS) permet d’équiper une personne âgée d’un smartphone contenant un accéléromètre et d’autres senseurs. Ces données sont collectées, analysées et, en cas de nécessité, un message d’alarme est envoyé à la personne la plus à même de réagir. La dernière application est un système de messagerie qui permet de dialoguer entre entités d’un même environnement équipé d’un système uMove, en échangeant des messages administratifs ou techniques. Des entreprises et des hautes écoles ont déjà manifesté leur intérêt pour uMove et une collaboration est en discussion avec l’Ecole d’ingénieurs et d’architectes de Fribourg, afin de développer des applications green tech. «Dans ce cadre, nous aimerions créer un laboratoire dans lequel le système fonctionnerait par défaut et où les chercheurs pourraient venir connecter leurs applications pour les tester.»

Informations: http://diuf.unifr.ch/pai/umove/

Lien vers la thèse: uMove: A wholistic framework to design and implement ubiquitous computing systems supporting user’s activity and situation (PDF), → disponible sur http://ethesis.unifr.ch/these­s/index.ph­p#Sciences