Un programme d’été consacré à la recherche pour les étudiants

Les participants au SRP 2019. Crédit: Aurélien Tock

Les participants au SRP 2019. Crédit: Aurélien Tock

Chaque été, la Faculté des sciences de la vie de l’EPFL accueille des étudiants du monde entier. Ces derniers participent à des projets de recherche pratiques ainsi qu’à des ateliers sur le développement de carrière dans le cadre d’une expérience unique de la science durant deux mois: le programme d’été consacré à la recherche.

Fondé en 2006 par le professeur Hilal Lashuel , le Summer Research P rogram a accueilli jusqu’ici plus de 300 étudiants. Pour être admis, les candidats doivent faire partie des meilleurs de leur classe, être hautement motivés et posséder le potentiel nécessaire à une future carrière orientée vers la recherche. Le processus de sélection est mené par un comité ad hoc de huit professeurs en sciences de la vie, qui représentent les quatre instituts.

«Je participe au SRP dans le laboratoire de Grégoire Courtine », explique Achilleas Laskaratos, en provenance de l’ Université nationale et capodistrienne d’Athènes. «C’est un environnement convivial et dynamique, où je mène une recherche intensive sur les lésions de la moelle épinière grâce à l’équipement de pointe auquel j’ai accès.»

Le programme est soutenu non seulement par la Faculté des sciences de la vie et de l’enseignement, mais également par d’autres sponsors dont la fondation ISREC , la fondation McCall MacBain , ThinkSwiss , Novartis et Baltisches Haus UAB (par l’intermédiaire de la Mstislav Rostropovich Charity and Support Foundation ).

Tous les instituts de la Faculté des sciences de la vie participent au SRP, ce qui en fait réellement une entreprise interdisciplinaire. En offrant aux étudiants une «immersion en laboratoire», le SRP entend les aider à acquérir une expérience pratique de la recherche, à mettre en oeuvre les connaissances acquises en classe, à aiguiser leur esprit critique et à se préparer à devenir de futurs chercheurs autonomes.

«Le programme SRP est incroyable», confie Liza Kozlova de l’ Institut de physique et de technologie de Moscou , qui fréquente le laboratoire de Philippe Renaud. «J’apprends énormément des personnes brillantes de mon laboratoire et travaille sur un projet très intéressant; cela pourrait suffire à rendre ce séjour agréable, mais en plus je n’ai jamais fait partie d’un groupe aussi formidable.»

Durant leur séjour, les étudiants participent à des ateliers hebdomadaires donnés par des chercheurs de l’EPFL. Ces ateliers visent à munir les étudiants des outils nécessaires à la poursuite de leur future carrière en sciences. Ils couvrent de multiples sujets comme les aptitudes en matière de présentation, la préparation aux études supérieures et même l’orientation de la carrière en sciences.

Cette année, le SRP compte 25 étudiants sélectionnés parmi plus de 600 candidats. Ils obtiennent un hébergement dans les environs de Lausanne et une forme de soutien financier. Le SRP s’étend habituellement de début juillet à fin août. Chaque participant présente un poster au symposium de clôture sur les résultats qu’il a obtenus dans son projet de recherche individuel.

«Je ressens une immense fierté en constatant l’impact d’un tel programme sur ces étudiants, déclare le professeur Carl Petersen , directeur du SRP. D’une part, ils s’immergent entièrement dans un laboratoire de recherche de premier plan et d’autre part, ils participent activement à des ateliers et à des séminaires sur des thèmes qui renforcent leur aptitude à réussir une carrière dans la recherche. La grande majorité des étudiants SRP ont estimé que leur expérience estivale avec nous était déterminante dans le choix de leur plan de carrière.»

Le travail n’est pas le seul objet du séjour. Le SRP comporte également une composante sociale majeure qui ajoute sa propre valeur à l’expérience globale. Il n’est peut-être pas surprenant que près d’un cinquième des participants au SRP reviennent à l’EPFL pour poursuivre leurs études à différents niveaux (master, doctorat, etc.).

«La composante sociale du SRP est unique, souligne Achilleas Laskaratos. Nous sommes 25 étudiants, enthousiastes et hautement motivés du monde entier à vivre ensemble. Nous faisons du sport, sortons à Lausanne, organisons des barbecues, nageons dans le lac Léman et engageons chaque jour des discussions qui nous ouvrent l’horizon. La première semaine du programme fut déjà une expérience inestimable!»

«Nous venons tous de contextes très différents, ajoute Liza Kozlova. Mais d’une manière ou d’une autre, nous pouvons toujours nous comprendre et trouver d’innombrables sujets de discussion, comme les droits humains, la nourriture épicée ou encore des problèmes de psychologie. Et comme si tout cela n’était pas déjà parfait, nous vivons en plus dans une ville entourée de montagnes et la population est incroyablement sympathique. En résumé, je suis vraiment, vraiment reconnaissante à l’EPFL pour ce séjour estival.»