Une capsule Hyperloop flottant pour Valence

    -     Deutsch
La nouvelle capsule Swissloop lors de la cérémonie de lancement avec Simon Amman

La nouvelle capsule Swissloop lors de la cérémonie de lancement avec Simon Ammann (à droite). Photos: Swissloop

Deux ans après la dernière "Hyperloop Pod Competition" d’Elon Musk en Californie, l’équipe "Swissloop" de l’ETH s’est associée à trois autres équipes pour lancer la "European Hyperloop Week". Mi-juillet, les étudiants de l’ETH Zurich se rendront à Valence avec leur dernière capsule, développé à l’Empa, et échangeront des idées avec des chercheurs et des représentants de l’industrie sur une éventuelle mise en oeuvre du concept Hyperloop.

C’est un moment inoubliable de l’histoire du sport suisse : le jeune sauteur à ski Simon Ammann s’élance du banc de départ, fuse vers le tremplin, s’envole - et vole. Il vole plus loin que quiconque et remporte la double victoire aux Jeux olympiques d’hiver de 2002 à Salt Lake City. Aujourd’hui, près de 20 ans plus tard, l’équipe Swissloop, elle aussi jeune, s’inspire de l’envolée de Simon Ammann : Le dernier pod porte le nom du sauteur à ski et partage avec lui une autre caractéristique importante : il plane.

En 2013, Elon Musk, fondateur de Tesla et SpaceX, a présenté pour la première fois son concept d’hyperloop, une sorte de tube pneumatique pour le transport de marchandises et de personnes. Depuis lors, des équipes d’étudiants du monde entier se sont affrontées lors de concours annuels pour mettre au point des véhicules à grande vitesse - appelés capsules ou pods en anglais - destinés à voyager dans des tubes sans air. Parmi les participants ayant réussi, on compte des étudiants de l’ETH Zurich, qui ont participé au concours dans de nouvelles constellations et avec un nouveau prototype de capsule chaque année jusqu’en 2019. En 2020, année du Coronavirus, l’événement a dû être annulé, et Elon Musk a lancé un nouveau concours pour cette année, qui ne concerne plus les véhicules Hyperloop (voir encadré). Il n’y aura donc pas de voyage aux États-Unis pour les constructeurs de capsules de Swissloop cette année - mais il y aura un voyage à Valence.

"Avec trois autres équipes, nous avons décidé de lancer un événement européen, la "European Hyperloop Week", explique Laura Bernet, responsable de la communication chez Swissloop. Du 19 au 25 juillet 2021, 24 équipes Hyperloop de toute l’Europe se réuniront à Valence, en Espagne. Et même si les "pods" y seront également comparés et évalués dans différentes catégories, la "European Hyperloop Week" se veut davantage une plateforme de dialogue qu’une compétition. Les nombreuses possibilités d’échange avec des représentants de l’industrie et du secteur public en sont la preuve. "De cette manière, nous voulons rapprocher la technologie Hyperloop de la réalité", déclare Laura Bernet. Si la compétition organisée par Elon Musk à Los Angeles portait sur les vitesses de pointe, de nombreux autres facteurs influencent la faisabilité du concept Hyperloop, tels que la sécurité, la stabilité, les conceptions mécaniques et électroniques et la possibilité de lévitation.

"Grâce aux recherches effectuées sur la capsule de l’année dernière, nous avons réalisé que la conduite sur roues à partir d’une certaine vitesse est notre plus grande limite", explique Yvan Bosshard, chef des opérations chez Swissloop, alors qu’il supervise les derniers réglages de la capsule de cette année sur la piste d’essai de l’Empa à Dübendorf. Comme les années précédentes, l’équipe de Zurich continue de s’appuyer sur un moteur à induction linéaire. Cependant, il n’est plus biface et symétrique, mais se trouve au-dessus de la voie. " Par conséquent, le moteur n’est pas seulement orienté vers l’avant, mais aussi vers le haut. C’est ainsi que nous créons la lévitation", explique Yvan Bosshard. Et en effet, si vous regardez attentivement lorsque vous démarrez le moteur, le "pod" fait un petit saut - presque comme son modèle sportif Simon Ammann - puis flotte à quelques millimètres au-dessus de la piste en aluminium.

Comme la lévitation pose de nombreux nouveaux défis, la vitesse est pour l’instant reléguée au second plan. "La vitesse suivra automatiquement lorsque le concept de lévitation sera entièrement développé", déclare Yvan Bosshard. La technologie des capteurs, en particulier, revêt désormais une importance accrue. "Nous devons être en mesure de surveiller en permanence la position du véhicule et, si nécessaire, de la corriger pendant qu’il se déplace, et nous utilisons à cette fin beaucoup plus de capteurs que ces dernières années", explique l’ingénieur. En conséquence, la technologie de contrôle est également devenue plus complexe ; le potentiel de recherche supplémentaire - et donc le travail de la prochaine équipe Swissloop - a donc déjà été identifié : "Le moteur devient très chaud en raison de la lévitation et devrait être activement refroidi dans le prochain prototype. Grâce aux capteurs de chaleur, nous pouvons recueillir des informations précieuses dans le moteur pour la suite du développement."

Mais pour l’instant, la capsule décollera pour Valence, où l’équipe de Swissloop espère un échange fructueux avec les autres équipes Hyperloop européennes. Les voeux de Simon Ammann, ravi que les futurs ingénieurs s’inspirent de sa passion pour le vol lors du lancement officiel de "son" pod le 2 juillet 2021 au parc d’innovation de Dübendorf, sont également dans la poche.


This site uses cookies and analysis tools to improve the usability of the site. More information. |