Visite de la Directrice générale du CERN à Berne

    -     Deutsch

Berne, 27.10.2017 - Le 27 octobre le chef du Département de l’économie, de la formation et de la recherche (DEFR), le Conseiller fédéral Johann N. Schneider-Ammann, a reçu pour une visite de travail à Berne Fabiola Gianotti, la Directrice générale du CERN. Ils ont passé en revue les relations intenses qu’entretiennent la Suisse et le CERN, qui y a son siège. Le Conseiller fédéral Schneider-Ammann a assuré la Directrice générale Gianotti du fort intérêt de la Suisse à ce que le CERN demeure sur le long terme la référence au niveau mondial dans la physique des particules.

Le CERN, l’une des plus importantes et anciennes organisations internationales de recherche au monde, a son siège en Suisse depuis sa fondation en 1954 et la Suisse en est un des membres fondateurs. Notre pays entretient depuis toujours avec le CERN des relations étroites au plus haut niveau. L’accueil à Berne par le Conseiller fédéral en charge de la recherche de tout Directeur général du CERN dans les premiers temps de son mandat relève d’une longue tradition à laquelle il a été fait honneur aujourd’hui.
Les entretiens entre la Directrice générale Gianotti, le Conseiller fédéral Schneider-Ammann et le Secrétaire d’Etat à la formation, à la recherche et à l’innovation Mauro Dell’Ambrogio ont notamment porté sur la participation intense des chercheurs suisses aux différentes expériences en cours au CERN, sur l’importance d’en diffuser les résultats dans la société et sur le potentiel de leurs applications. Ils ont évoqué les défis posés par la conservation et l’exploitation des données scientifiques produites par le CERN à l’heure de la digitalisation. Les interlocuteurs ont encore passé en revue les relations d’affaires entretenues entre la place économique suisse et le CERN et noté le retour industriel substantiel généré ainsi vers la Suisse. Enfin, les projets du CERN à moyen et long terme ont été discutés, notamment les machines qui pourraient succéder au-delà de 2035 au grand collisionneur de hadrons (LHC) et permettre à l’organisation de rester la référence au niveau mondial dans la physique des particules.
 

A l’issue de sa rencontre avec le Conseiller fédéral Schneider-Ammann, la Directrice générale Gianotti a participé avec le Secrétaire d’Etat Dell’Ambrogio et des représentants de haut niveau d’institutions scientifiques suisse à une table ronde sur le thème de la participation suisse au CERN sous l’angle de la politique de la recherche. Ensuite la Directrice générale a partagé un repas avec des capitaines d’entreprises suisses livrant des composants au CERN. Finalement, la Directrice générale Gianotti s’est entretenue durant l’après-midi avec de hauts représentants du DFAE de la politique d’Etat hôte de la Suisse vis-à-vis du CERN.
 

Fondé en 1954 sous les auspices de l’UNESCO, le CERN s’est développé au nord-ouest de Genève de part et d’autre de la frontière franco-suisse pour devenir l’organisation de recherche de référence au niveau mondial dans la physique des particules. L’installation phare du CERN est le grand collisionneur de hadrons (LHC) enfoui dans un tunnel circulaire de 27 km. Les expériences réalisées sur le LHC ont permis en 2012 de prouver expérimentalement l’existence du boson de Higgs, confirmant ainsi la validité du modèle standard de la physique des particules. De nombreuses autres expériences sont toutefois aussi menées au CERN, où travaillent pas moins de 16’000 chercheurs. Les applications découlant des expériences menées au CERN sont nombreuses et ont transformé la société, avec l’invention du world wide web, ou la médecine, avec le développement de la hadronthérapie pour le traitement des cancers. Le CERN a aussi démontré au cours de ses 63 ans d’existence la capacité de la science à œuvrer pour la paix et servi de modèle à nombre de projets. 
 

A ce jour le CERN compte pas moins de 22 Etats membres et 7 Etats associés. Le budget du CERN en 2018 prévoit des revenus totaux de 1’224 millions de francs. La Suisse versera 45.1 millions de francs au titre de sa contribution d’Etat membre, soit 4.02% des contributions dues par les 22 Etats membres du CERN. Des groupes de recherche utilisant les installations du CERN sont actifs dans la plupart des hautes écoles suisses.

                            


This site uses cookies and analysis tools to improve the usability of the site. More information. |