De nouveaux revêtements antimicrobiens pour des surfaces sans bactéries

- EN- DE- FR - IT
 (Image: Pixabay CC0)
(Image: Pixabay CC0)
Empêcher la transmission des infections microbiennes est un enjeu mondial. Cela vaut en particulier dans les environnements où les bactéries se transmettent facilement par contact avec des surfaces contaminées. Une équipe de recherche dirigée par l’Université de Fribourg a mis au point un revêtement antimicrobien qui réduit la population bactérienne d’un facteur allant jusqu’à 10 000 en quelques minutes.

Les revêtements auto-désinfectants utilisés pour modifier les surfaces peuvent être appliqués par pulvérisation ou par immersion. Ils contiennent des composants qui deviennent actifs sur la surface exclusivement. Ils y éliminent les bactéries après quelques minutes de contact, réduisant ainsi leur transmission. Ce revêtement a été mis au point en collaboration avec l’hôpital universitaire de Zurich et le partenaire industriel Livinguard Technologies AG, sur des surfaces en coton (vêtements), en caoutchouc nitrile (gants de protection) et en verre (tables, écrans). Il a ensuite été testé en laboratoire.

Lutte contre la propagation des maladies infectieuses
L’activité antimicrobienne des surfaces dotées de ce revêtement dans le cadre de l’étude révèle une population bactérienne réduite d’un facteur allant jusqu’à 10 000 en moins de 5 minutes. La palette de matériaux compatibles et leur action bactéricide rapide permettent de lutter contre la transmission superficielle des bactéries et de limiter la propagation des maladies infectieuses. L’action antimicrobienne du revêtement repose essentiellement sur les interactions de charge entre le film polymère à forte charge positive appliqué sur la surface et la membrane des bactéries à charge négative.

Un grand intérêt de la part de l’industrie
’La synthèse durable de ces revêtements dans des conditions ambiantes, sans solvants toxiques, est actuellement intégrée dans des procédés industriels, explique Stefan Salentinig, directeur de l’étude, du Département de Chimie de l’Université de Fribourg. Les revêtements peuvent être utilisés sur un large éventail de surfaces, en environnement hospitalier ou ailleurs, pour empêcher la transmission d’infections bactériennes.’ Le projet, soutenu financièrement par l’Agence suisse pour l’encouragement de l’innovation Innosuisse et le Fonds national suisse (FNS), a donné lieu au dépôt d’un brevet et à une publication dans la revue Advanced Materials Interfaces. Cette innovation a rencontré un vif intérêt auprès des professionnels des secteurs de la santé, de l’hygiène et de l’électroménager.

> Watts S, Gontsarik M, Lassenberger A, Valentin J, Wolfensberger A, Brugger S, Zabara M, Pronk W, Salentinig S: Scalable Synthesis of Self-Disinfecting Polycationic Coatings for Hospital Relevant Surfaces