Des podcasts valorisent le patrimoine du Montreux Jazz Festival

    -     English
William Clarke © 1972 Georges Braunschweig

William Clarke © 1972 Georges Braunschweig

De nouveaux podcasts dirigés par des étudiantes et des étudiants d’un cours SHS offrent un aperçu de la riche histoire du Montreux Jazz Festival, contribuant aux efforts plus larges de l’EPFL pour conserver et partager la mémoire de cet événement historique.

Dans le cadre d’un projet semestriel du cours Heritage and Digitization: Montreux Jazz Memories , les étudiantes et les étudiants ont récemment publié une série de nouveaux podcasts dans la galerie en ligne Montreux Jazz Memories. Utilisant la plateforme notreHistoire.ch , la Montreux Jazz Memories rassemble des témoignages oraux et des artefacts visuels du vaste réseau de bénévoles, de personnel technique, d’organisateurs et de fans qui se réunissent chaque année pour le Montreux Jazz Festival. Cette vitrine de la vie du festival a été lancée en 2018 dans le cadre du Montreux Jazz Digital Project , qui conserve environ 5 000 enregistrements de concerts ayant eu lieu à Montreux depuis 1967 (une collection inscrite au registre de la Mémoire du monde de l’UNESCO ). Le projet est soutenu par la Fondation Claude Nobs ainsi que par le Centre d’innovation dans les patrimoines culturels (CHC) de l’EPFL.

Alain Dufaux, directeur du CHC, explique que la première version de ce centre a été créée en 2010 pour numériser les enregistrements de Montreux et les mettre à la disposition de la recherche et de l’enseignement. La plupart des enregistrements sont désormais numérisés. Ce processus a donné lieu à des collaborations avec de nombreuses universités suisses et étrangères ainsi qu’avec des start-up privées et des ONG. Ainsi, «les archives du Montreux Jazz Festival sont vraiment devenues une ressource pour la recherche et une plateforme d’innovation.» La création de la Montreux Jazz Memories par le sociologue Alexandre Camus a ajouté une couche supplémentaire de «mémoire vivante», en exposant l’expérience des «dizaines de milliers de personnes qui se sont engagées dans l’événement pour qu’il ait lieu», selon les mots d’Alexandre Camus.

En 2019, Alexandre Camus et Alain Dufaux ont participé au lancement d’un cours axé sur la Montreux Jazz Memories en collaboration avec l’anthropologue et sinologue Florence Graezer Bideau, qui dirige le groupe de recherche Patrimoine, culture et ville au Collège des humanités. Cette équipe pédagogique pluridisciplinaire a mis en commun ses compétences pour élaborer un concept pédagogique unique qui guide les étudiants dans le processus de valorisation du patrimoine dans ses dimensions théorique, technique et sociale. Florence Graezer Bideau explique que ce cours est destiné à «prendre la question du patrimoine par le bas.» Elle fait remarquer que cette stratégie s’inscrit dans la lignée des efforts récents dans le domaine des études critiques du patrimoine pour souligner l’expérience des acteurs culturels dont l’activité est cachée aux yeux du public.

Les étudiants ont pu explorer ces thèmes complexes pendant deux semestres dans le cadre du cursus d’un an en Sciences sociales et humaines proposé par l’EPFL dans tous les programmes de master. Au semestre d’automne, des experts et des spécialistes ont donné une série de conférences pour présenter aux étudiants le patrimoine du Montreux Jazz Festival, ainsi que des questions plus larges dans les médias sociaux, l’histoire publique et les humanités numériques. Les étudiants se sont basés sur ces informations pour étudier des projets antérieurs visant à commémorer le patrimoine collaboratif dans d’autres domaines. Ils ont alors commencé à préparer leurs podcasts en codant des entretiens déjà enregistrés pour la Montreux Jazz Memories.

Le semestre de printemps a été entièrement consacré à la production de nouveaux podcasts autour d’une série de thèmes clés. Les étudiants ont travaillé en groupes pour rassembler des parties pertinentes d’entretiens antérieurs et pour mener deux nouveaux entretiens avec des collaborateurs du festival. Le premier entretien s’est déroulé dans le cadre d’un atelier patrimonial structuré avec le soutien des formateurs et le second s’est déroulé dans un format plus autonome. Dans ce cours, les étudiants «ont appris par la pratique». Ils ont acquis une expérience concrète des principales pratiques académiques des sciences sociales et humaines, notamment le codage textuel, les entretiens et la construction narrative. Ils ont également perfectionné leurs compétences en narration audio avec le soutien de la Radio Télévision Suisse (RTS), notamment de Camille Dupon-Lahitte de l’émission Le Labo à la RTS.

Les étudiants ont dû faire preuve d’une grande rigueur méthodologique dans leurs entretiens afin de s’assurer que ce matériel puisse être réutilisé par les futurs groupes de projet pour faire des podcasts thématiques, tout en continuant à créer le corpus de Montreux Jazz Memories. Ce corpus compte déjà environ 150 entretiens et s’enrichira d’année en année.

La série de podcasts de cette année offre au public un aperçu du Montreux Jazz Festival en canalisant les voix des chauffeurs, infirmiers, administrateurs, techniciens, cuisiniers et agents de sécurité, entre autres. Ils décrivent chacun leurs liens particuliers avec la musique, avec d’autres collaborateurs et avec des directeurs de festival, dont le légendaire fondateur Claude Nobs. Les témoignages du personnel soulignent que Claude Nobs avait une capacité unique à rassembler les gens et à rallier des partenaires à sa cause. Écouter les voix qui composent le Montreux Jazz Festival depuis les coulisses permet de développer une compréhension immersive de la fabrication d’un patrimoine qui joue un rôle important dans la vie culturelle autour du lac Léman.


This site uses cookies and analysis tools to improve the usability of the site. More information. |