Nouveaux programmes d’études pour l’année universitaire 2022

  -  Deutsch  -  Français
Le semestre d'automne 2022 débute sans restrictions. Les près de 10'500 étudiant·e·s inscrit·e·s, dont quelque 2’000 de première année, prendront donc le chemin des salles de cours et des auditoires, un point central pour l'Université de Fribourg en tant qu'université présentielle. Un nouveau Bachelor en sciences de la communication en français et un Master en neurosciences digitales seront désormais proposés. Ce dernier programme vise à répondre à la demande croissante d’expert·e·s en comportement humain et en numérisation.

L'échange personnel occupe une place toute particulière à l’Université de Fribourg. En plus de l’importance du présentiel dans le cadre des cours et des séminaires, un campus ouvert est également l’occasion pour les nombreuses associations et organisations estudiantines de rencontrer et recruter leurs futur·e·s membres, qui enrichissent la vie du campus et de la ville pendant le semestre. En cet automne 2022, près de 10’500 étudiant·e·s - dont environ 60 % viennent d'autres cantons - contribueront ainsi à façonner le paysage culturel et économique urbain.

Neurosciences digitales - un phare interdisciplinaire
Les étudiant·e·s titulaires d'un Bachelor en sciences de la vie, psychologie, informatique, physique, économie, ingénierie ou dans un domaine lié pourront se lancer dans un nouveau programme de master, unique en Suisse. Ce cursus interdisciplinaire permet d'acquérir des connaissances approfondies dans les domaines de la médecine, de la psychologie et de l'informatique. Le cursus se concentrera notamment sur la recherche de solutions intelligentes pour les comportements humains adaptatifs dans des domaines tels que la santé mentale, le vieillissement, l'apprentissage tout au long de la vie, le comportement des consommatrices et consommateurs, la neuroréhabilitation et l'interaction homme-machine. On peut d'ores et déjà s'attendre à une demande croissante de diplômé·e·s de ces filières dans les entreprises, mais aussi dans le secteur public, avec les applications numériques de santé mentale et physique, ainsi que dans les domaines qui y sont associés.

Les sciences de la communication (enfin) aussi en français
Un Bachelor en sciences de la communication est désormais aussi disponible exclusivement en français. Les usages et effets des médias (numériques) y sont analysés, tout comme la qualité et l'avenir du journalisme à l'ère de Google News, des réseaux sociaux et des médias mobiles. Le cursus met aussi en lumière les stratégies de communication en politique et en économie, ainsi que l'évolution de la communication correspondante dans les médias sociaux. Outre une formation universitaire de premier ordre, ces études permettent d'acquérir de nombreuses connaissances sur la pratique de la communication et des médias.

Comme pour une grande partie des filières d'études de l'Université de Fribourg, les sciences de la communication peuvent être choisies comme branche principale ou secondaire, par exemple en combinaison avec la psychologie, le management, le travail social ou les sciences de l'environnement. Les diplômé·e·s ont de bonnes perspectives professionnelles dans le journalisme, mais aussi dans la communication stratégique, politique ou institutionnelle au sein d'entreprises, d'organisations non gouvernementales ou de l'administration publique.

Recherche suisse: une situation difficile malgré de nombreux soutiens
Le Fonds national suisse (FNS) a accordé quatre Swiss Postdoctoral Fellowships à l'Université de Fribourg. Il s'agit d'une mesure de remplacement pour les possibilités manquantes de participer aux prestigieuses Marie Sklodowska-Curie Actions (MSCA) au sein du programme-cadre de recherche et d'innovation Horizon Europe de l'UE.

Trois candidates fribourgeoises ont également remporté un Fellowship PRIMA du FNS, dans les disciplines des sciences sociales, de la chimie organique, des arts visuels et de l'histoire de l'art. Les subsides PRIMA s’adressent à des chercheuses remarquables, qui démontrent un potentiel évident pour devenir professeure. Au cours des deux premières années d’Horizon Europe, neuf projets ont été approuvés. Ils sont désormais financés par la Confédération et non par l'UE.

En dépit de ces succès, la situation est inconfortable pour la recherche helvétique. Comme la Suisse est considérée, jusqu'à nouvel ordre, comme un pays tiers non associé à Horizon Europe, il est devenu pratiquement impossible pour les chercheuses et chercheurs suisses d'obtenir un financement individuel. Une collaboration n'est possible que dans le cadre de projets dirigés par d'autres. Les chercheuses et chercheurs de l'Institut du fédéralisme, qui devaient diriger un projet international portant sur le fonctionnement du fédéralisme dans le contexte de la gestion des pandémies dont ils n’ont finalement pas pu prendre la tête, en ont fait les frais.

Grands défis et projets
Dans les années à venir, l'Université de Fribourg devra faire face à divers grands projets à mettre sur pied ou déjà en cours de réalisation, tel que, par exemple, le regroupement de la formation à l’enseignement sous le toit institutionnel de l'Université à l'horizon 2025-2026, décidé par le Conseil d'Etat.

L’Institut Human Centered Interaction Science and Technology (Human-IST) conceptualise et réalise un centre de compétences sur l'intelligence augmentée au rayonnement international. Les institutions de recherche et de formation des Cantons de Berne, Fribourg, Neuchâtel, Soleure et Valais, ainsi que l'Association Région capitale suisse, ont alloué des moyens financiers à cet effet. Cette approche ne vise pas à remplacer la performance (de travail) humaine, mais à soutenir l'être humain en vue d'une exécution plus efficace des tâches, à associer l'intelligence humaine et l'intelligence artificielle et, ainsi, à protéger et promouvoir efficacement le bien-être, la sphère privée et le libre arbitre.

En s’appuyant sur les performances de sa recherche en biologie et en psychologie, reconnues au niveau national et international, sa filière de spécialisation en médecine de famille, le travail de son Jardin botanique, ainsi que sur les synergies possibles avec des partenaires externes, notamment dans le Canton, l'Université souhaite constituer à moyen terme un pôle d'excellence dans le domaine de la nutrition.

A plus court terme, des pénuries d'énergie pourraient affecter les activités de l’Unifr dès cet hiver. Des réflexions ont déjà été menées à ce sujet et l'Université est en discussion avec le Canton dans le but d’offrir les meilleures conditions cadres pour l'enseignement et la recherche, tout en contribuant à économiser l'électricité.

Plus d'infos

Prof. Chantal Martin Sölch
vice-rectrice Enseignement
Formation continue
ainsi qu'Egalité
diversité et inclusion
+41 26 300 76 87
chantal.martinsoelch@unifr.ch

Thilo von Pape
Département des sciences de la communication et des médias
+41 26 300 8368
thilo.vonpape@unifr.ch

Source

Unicom Communication & Médias
Avenue de l’Europe 20
CH-1700 Fribourg
+41 26 300 70 34
communication@unifr.ch
www.unifr.ch/unicom/fr

This site uses cookies and analysis tools to improve the usability of the site. More information. |